[Recherche] "Il est primordial de mettre en place un plan de recherche spécifique pour jeunes atteints d’un cancer".

 

Entretien avec Marie Castets - chercheuse au Centre Léon Bérard.


Marie Castets a rejoint les équipes de recherche basées sur le site du CLB en 2006 grâce au financement de sa troisième année de post-doctorante par les dons reçus au Centre. Aujourd'hui chercheuse INSERM, elle nous présente son nouveau programme de recherche « Apoptose et Sarcomes ». 



Les sarcomes sont des tumeurs cancéreuses rares qui se développent dans les tissus dits conjonctifs, comme les muscles (les léiomyosarcome), les os (les ostésarcomes), le cartilage (les chondrosarcomes) ou encore les tissus adipeux. Il existe de très nombreux types de sarcomes, bien souvent très complexes et hétérogènes ce qui rend le diagnostic difficile. 

S’il est rare chez l’adulte avec environ 4 000 nouveaux cas par an soit 1% des cancers en France, il représente 15 % des cancers rencontrés chez les enfants, adolescents et jeunes adultes. C’est pourquoi un volet de ce programme concernera plus particulièrement cette tranche d’âge de patients.

Où en est la recherche sur les cancers des 15-25 ans ?
Peu d’équipes travaillent sur les cancers rares et les jeunes sont rarement au centre de la recherche et du développement des médicaments. Jusqu’à peu, ils bénéficiaient des travaux mis en œuvre pour les adultes. Aujourd’hui, notre équipe souhaite partir des pathologies des 15-25 ans pour mettre au point des traitements en lien avec leurs spécificités.

Quelles sont les avancées ?
Des progrès spectaculaires ont été constatés car leurs tumeurs sont parfois plus agressives mais souvent moins complexes sur le plan génétique que celles des adultes et elles répondent souvent mieux aux traitements. Aujourd’hui, 3 jeunes sur 4 sont soignés. Notre mission est d’arriver à un taux de guérison de 100%. Il est donc primordial de mettre en place un plan de recherche spécifique pour jeunes atteints d’un cancer. 

Quelles sont les spécificités des adolescents et jeunes adultes ?
Les 15-25 ans ne sont plus des enfants mais ils ne sont pas pour autant des adultes. Proposer une chimiothérapie ou radiothérapie a déjà un impact important sur un adulte. On peut donc facilement imaginer les séquelles qu’ils peuvent laisser sur un organisme encore en croissance, comme des risques de cancer secondaire ou des conséquences sur la fertilité notamment. Il est donc impératif de les voir comme un groupe de patients à prendre en charge différemment pour développer des thérapies ciblées aux effets secondaires moins lourds. 

Où en êtes-vous aujourd’hui ?
Nous en sommes au stade le plus complexe et contraignant : le financement ! Nous constituons un budget qui nous permettra de créer une première base de cartes génétiques de sarcomes touchant les jeunes. Les dons seront de plus en plus essentiels pour aller plus vite et plus loin contre le cancer !

 

L'âge du patient : une spécificité à prendre en compte


Prendre en compte l’âge du patient est essentiel dans la prise en charge des personnes atteintes d’un cancer : au-delà des différences physiques et biologiques propres à chaque âge, le contexte social et familial requiert également une adaptation de la prise en charge. Le Centre Léon Bérard en a d'ailleurs fait l'un de ces axes stratégiques pour son projet d'établissement 2016-2021. Une unité d'hospitalisation dédiée aux adolescents et jeunes adultes a été créée en ce sens.

En poursuivant votre navigation sur le site web du Centre Léon Bérard, vous acceptez l’utilisation de cookies utiles pour nos statistiques - Fermer
eskisehir escort balikesir escort