Le Centre Léon Bérard lance une grande étude clinique pour évaluer l’efficacité d’un dispositif avec bracelet connecté dans le cadre de son programme d’activité physique adaptée (APA)

 

Le Centre Léon Bérard, accompagné d’Orange Healthcare et de Biomouv, lancent un programme d’activité physique adaptée lié à un dispositif de bracelet connecté  et d’une application dédiée pour améliorer la prise en charge des patientes suivies pour un cancer du sein.

 

Cette grande étude, appelée DISCO, a démarré en mai 2018 et se poursuivra pendant 2 ans, dans le but d’inclure plus de 400 femmes atteintes d’un cancer du sein dans le protocole.

« L’objectif principal est d’évaluer l’efficacité d’un dispositif connecté et d’un programme d’éducation thérapeutique du patient d’une durée de 6 mois », explique Marina Touillaud, chef de projet pour le Centre Léon Bérard.

 

Le dispositif développé par Biomouv comporte un bracelet connecté mesurant l’activité physique (nombre de pas notamment).

Un programme d’Activité Physique Adaptée personnalisé est également à réaliser à la maison via une application sur smartphone et des séances de renforcement musculaire via des vidéos d’accompagnement personnalisées.

Les données remontées par les bracelets ainsi que les informations déclaratives des patientes sur leur état de santé (symptômes, traitements en cours,…) sont disponibles sur l’application qui permet un suivi en temps réel des patientes par elles-mêmes et par les professionnels du Centre Léon Bérard. Orange Healthcare héberge l’ensemble des données en toute confidentialité en tant qu’hébergeur agréé de données de santé à caractère personnel.

Cette étude va permettre, au travers de plusieurs groupes de patientes, d’évaluer les bénéfices de la prise en charge de l’activité physique des patientes atteintes d’un cancer du sein via les dispositifs connectés et l’éducation thérapeutique, dans l’objectif d’atteindre les recommandations internationales.

« Selon les résultats de plusieurs études de cohortes, une activité physique régulière associée à une alimentation riche en fibres tout en évitant un excès de masse grasse et une prise de poids, pourrait augmenter de façon significative la survie après un cancer du sein. L’activité physique pratiquée pendant le traitement peut aussi améliorer la qualité de vie, l'état psychologique et la condition physique du patient tout en diminuant sa fatigue », indique le Pr Béatrice Fervers, responsable du département Cancer et Environnement du Centre Léon Bérard, oncologue médicale et médecin investigateur coordonnateur de l’étude DISCO.

Les résultats de l’étude devraient être publiés dans 3 ans, en 2021 et permettre de mieux accompagner nos patients dans leur activité physique, d’encourager leur motivation mais aussi pour les rendre autonomes au quotidien pour pratiquer une activité physique, essentielle pour lutter contre les récidives et pour améliorer leur qualité de vie.
En poursuivant votre navigation sur le site web du Centre Léon Bérard, vous acceptez l’utilisation de cookies utiles pour nos statistiques - Fermer
cliquez-ici
eskisehir escort balikesir escort