Le Département d’Anesthésie-Réanimation du Centre Léon Bérard

Coordonné par le Docteur Soubirou, il travaille en lien étroit avec les chirurgiens, l’équipe du bloc opératoire et les unités de soins. Il est constitué d’une équipe de seize médecins anesthésiste-réanimateurs, dix-huit infirmiers anesthésistes, six infirmiers de salle de réveil, quatre internes en anesthésie-réanimation et quatre secrétaires.

L’équipe réalise, en plus de l’anesthésie, des actes innovants et spécifiques à la cancérologie comme les poses d'accès veineux nécessaires à la chimiothérapie, anticipe et traite la douleur, assure la prise en charge dans le service de Soins Continus et intervient lors de certains actes en pédiatrie.

Chaque année, les seize anesthésistes du département reçoivent les patients en consultation et réalisent des anesthésies pour des interventions chirurgicales de différentes spécialités (en ORL, chirurgie digestive, chirurgie thoracique, gynécologie, sénologie, chirurgie reconstructrice et plastique, orthopédie, chirurgie dermatologique) mais aussi pour des endoscopies, des poses de voies centrales pédiatriques, des actes de radiologie interventionnelle, ou des séances de radiothérapie et de curiethérapie.

Certains membres de l’équipe comptent parmi les référents du Centre Léon Bérard pour l’expertise nutritionnelle, la prise en charge de la douleur chronique, la microbiologie ou la cellule qualité.

 

Les consultations

La consultation pré-anesthésique  est obligatoire si une anesthésie est nécessaire pour l'intervention ou l'examen prévu.  Elle est destinée à rassembler toutes les informations nécessaires, afin d’assurer au patient une anesthésie adaptée et dans les meilleures conditions de sécurité. A cette fin un questionnaire d’anesthésie est remis au patient avant la consultation, qu’il ramène déjà complété au médecin anesthésiste à la consultation. Cette consultation peut être menée par un interne en anesthésie sous la responsabilité d’un médecin sénior.

Fiche d'information sur l'anesthésie générale : cliquez ici

 

La lutte contre la douleur

L‘équipe est particulièrement sensibilisée à la prise en charge de la douleur aiguë et chronique. Ainsi l’anesthésie locorégionale est, lorsque cela est adapté, systématiquement  proposée par l’équipe, en association ou en alternative à l’anesthésie générale. Il peut s’agir d’une anesthésie locorégionale périphérique (ciblant la zone opérée) ou centrale (ciblant une zone plus large grâce à la péridurale ou la rachianesthésie). Ces techniques permettent d’optimiser la prise en charge et la récupération rapide. En complément, les thérapeutiques traditionnelles constituées d’analgésiques mineurs et de morphiniques sont toujours disponibles. L’anesthésie péridurale et la pompe à morphine sont associées à un système d’analgésie autocontrôlée par le patient.

En parallèle, des consultations pour la prise en charge des douleurs chroniques sont effectuées par un médecin anesthésiste réanimateur dans le cadre du DISSPO (Département interdisciplinaire des soins de support du patient en oncologie).

Fiche d'information sur l'analgésie péridurale : cliquez ici

Fiche d'information sur le bloc para-vertébral : cliquez ici

Fiche d'information sur la pompe à morphine : cliquez ici

 

Le patient au centre du dispositif

Le département d’Anesthésie-Réanimation est particulièrement attaché à la sécurité des patients au bloc opératoire. Médecins anesthésistes et infirmiers anesthésistes assurent une présence constante auprès du patient pendant toute l’intervention et pour toutes les chirurgies.

La surveillance en salle de réveil est assurée par du personnel formé et dans un environnement sécurisé.
Dans certains cas, une prise en charge post-opératoire immédiate est réalisée dans le service de soins continus où un médecin de l’équipe d’anesthésie-réanimation est détaché et joignable 24h/24 et 7j/7. Cette unité permet une surveillance plus rapprochée ainsi que la mise en œuvre de thérapeutiques particulières telles que la ventilation non invasive. L’état du patient est le plus souvent compatible avec des visites, cependant elles ne sont possibles que de 14h à 19h et dans la limite de deux visiteurs à la fois.

 

Prise en charge ambulatoire et réhabilitation améliorée après chirurgie

Dans un objectif d’amélioration de la réhabilitation et du vécu du patient, des prises en charge innovantes ont été développées, telles que l’admission le matin même de l’intervention,  l’arrivée jusqu’en salle d’intervention debout en marchant et le retour en fauteuil dans le service de chirurgie ambulatoire, lorsque l’état de santé du patient le permet.

L’arrivée du patient au bloc opératoire, debout en marchant a été mise en place en décembre 2010. Ce type de prise en charge permet d’humaniser la relation entre patients et soignants et permet au patient d’être proactif de sa prise en charge, ce qui diminue considérablement le stress, avec un effet anxiolytique bien plus important qu’une prémédication.

Ce dispositif a été complété en 2016 par le retour du patient de la salle de rété complété en 2016 par le retour du pat après son intervention, toujours dans une perspective de réaprès son intervention, toujours dans une perspective de rnt été mise , de respect de la dignition, toujours  et d’implication des patients dans leur prise en charge.

La même année un tournant a également été pris avec l’hospitalisation des patients le jour de l’intervention et non plus la veille. Le médecin anesthésiste confirme l’admission le matin même de l’intervention si l’état de santé du patient le permet. Ce mode d’hospitalisation réduit le stress lié à l’intervention chirurgicale et améliore le vécu du patient. Si le patient habite loin, un appartement thérapeutique peut lui être réservé pour l’accueillir la nuit précédant le geste. Il s’agit de logements situés à moins de 50 mètres du CLB, tous équipés avec draps et serviettes de bains : les patients doivent venir récupérer leur clé au standard et seront accompagnés par une hôtesse. Ils pourront se préparer un repas le soir ou aller au restaurant le plus près (le CLB ne prends pas en charge les frais de repas). Le coût de 30 euros est à la charge du patient.

 

Par ailleurs, pour faciliter une réhabilitation précoce, le mode d’hospitalisation en ambulatoire est de plus en plus proposé, répondant ainsi à l’aspiration fréquente des patients, à la simplicité de certaines prises en charge et aux préconisations des pouvoirs publics. Une feuille d’information sur la chirurgie ambulatoire de l’adulte et de l’enfant est remise au patient dans le cadre du passeport ambulatoire. La prise en charge de la douleur post-opératoire est anticipée dès la consultation pré-anesthésique, au cours de laquelle le patient reçoit l’ordonnance de traitements antalgiques adaptés pour le post-opératoire. Le patient est rappelé le jour ouvrable précédant le geste pour se voir communiquer l’heure de convocation à l’accueil 1 et les derniers conseils avant l’hospitalisation.

Le recours à la réalité virtuelle à visée anxiolytique ainsi qu’à l’hypnose font parties des nombreux projets novateurs en cours de mise en place.

Fiche d'information sur l'ambulatoire : cliquez ici

 

Unité d’accès vasculaires

Le centre Léon Bérard pratique la délégation de pose d’accès vasculaire (PICC-line, PAC, VVC tunnelisées) à des infirmier(e)s formé(e)s et expert(e)s appartenant à l’unité d’accès vasculaire. Un protocole de délégation de pose des accès veineux centraux par les infirmiers de l’unité vasculaire a été signé. Il y a au minimum deux plages de vacation de médecins anesthésistes pour la pose de voies centrales (pédiatriques et adultes) les mardis et vendredis.

Fiche d'information sur les PAC : cliquez ici

Fiche d'information sur les PICC-line : cliquez ici

En poursuivant votre navigation sur le site web du Centre Léon Bérard, vous acceptez l’utilisation de cookies utiles pour nos statistiques - Fermer
cliquez-ici
eskisehir escort balikesir escort