Agnès Bernet, récompensée par le prix Irène Joliot Curie dans la catégorie "Parcours Femme Entreprise"

A la fois membre du laboratoire Récepteurs à dépendance, cancers et développement dirigé par Patrick Mehlen au sein du Centre de recherche en cancérologie de Lyon (CRCL), Agnès Bernet est également cofondatrice de la start-up Netris-Pharma. Elle a été récompensée le 5 janvier dernier par le prix Irène Joliot Curie dans la catégorie "Parcours Femme Entreprise", dont l’objectif est de promouvoir la place des femmes dans la recherche et la technologie en France.

Cette belle récompense intervient alors que le candidat médicament issu de ses recherches sera testé lors d'un essai clinique de phase I, au sein même du Centre Léon Bérard, dans le courant de l'année 2016.


Peu importe les obstacles qui sont à franchir. Quand on se retourne après on se dit j'ai fait tout ça, finalement ça n' a pas demandé tant d'énergie que cela, parce que j'avais envie d'arriver à l'objectif que je m'étais fixé

L’ équipe d’Agnès Bernet vient de développer un nouvel anticorps thérapeutique dirigé contre la nétrine-1, un facteur de survie produit par les cellules cancéreuses et retrouvé dans de nombreux types de cancers. 
En effet, les cellules cancéreuses possèdent plusieurs moyens de contourner les systèmes de contrôle de l’organisme pour éviter d’être détruites, notamment celui de produire elles-mêmes les facteurs nécessaires à leur propre survie et permettre ainsi à la tumeur de se développer. 

« L’innovation thérapeutique que nous avons développée est basée sur un nouveau concept, celui des « récepteurs à dépendance », c’est-à-dire ce qui se situe à la porte d’entrée et à la surface d’une cellule. On peut, pour simplifier, les voir comme des interrupteurs et imaginer que l’on appuie dessus en permanence. On se rend compte alors que cela entraine la prolifération des cellules cancéreuses. Ce mécanisme de prolifération est rendu possible par la production de la nétrine-1. Notre idée est donc de le stopper », nous explique Agnès Bernet.

L’anticorps développé par l’équipe d’Agnès Bernet a pour mission de bloquer l’interaction entre la nétrine-1 et son récepteur à dépendance. Il sera testé très prochainement au Centre Léon Bérard.  

Plus d'information sur le site du Ministère de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche

 

En poursuivant votre navigation sur le site web du Centre Léon Bérard, vous acceptez l’utilisation de cookies utiles pour nos statistiques - Fermer
eskisehir escort balikesir escort